CAS-Orsay: logo

CAS en ligne

Le site des Citoyens Actifs et Solidaires à Orsay

Association de promotion de la démocratie participative locale

Nanotechnologies : un peu de respect

Les experts doivent accepter de prendre en compte le grand public

Le débat sur les nanotechnologies est un parfait exemple du double jeu qu'accepte de jouer une grand nombre de chercheurs y compris et d'autant plus lorsqu' ils tiennent le rôle d'experts.

D'une main les recherches sont en cours (Minatec-Grenoble depuis 2006), des applications pilote sont déjà en cours, de nouvelles installations en travaux (cf. 46 M€ pour le centre d'intégration sur le site de Palaiseau-Saclay) et de l'autre les experts condescendent à se mêler au peuple à condition que les conditions d'un débat soient réunies....

Les réunir eut demandé du temps et de répondre à des questions préalables:

L'éthique c'est avant et pendant - après c'est de la cosm-éthique

Ce n'est pas ces "éléments anti-démocratie" qui ont conduit Les Amis de la Terre à se retirer du débat mais le refus de débattre d'abord "de l’intérêt et de l’utilité sociale des nanotechnologies ".

On peut critiquer les méthodes des "éléments anti-démocratiques" tels le collectif Pièces et Main d'Oeuvre, regretter qu'ils mélangent allègrement nano-matériaux et RF-Id (beaucoup le font; nous essayons d'éclairer la différence d'impact dans notre article) mais prétendre qu'ils n'ont ni point de vue ni connaissance serait ignorer les 15 numéros de "Aujourd'hui le Nanomonde" publiés depuis 2003: 1, 2, 3, 4, 5, 6-7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16.

Le CEA qui conduit le politique française de recherche sur les nano-objets se préoccupe de la protection des personnels de recherche et de production mais aucunement de la santé des futurs utilisateurs (cf. le dossier NanoSafe).

L'AFSSET met (enfin!) les pieds dans le plat de nanos

L'Agence Française de Sécurité Sanitaire et de la Sécurité au Travail a publié le 24 mars 2010 les résultats d'une expertise de deux ans sur les risques liés aux nanomatériaux.

Elle recommande d'agir sans attendre :

Elle fait également des recommandations pour "construire une méthode renouvelée d’évaluation des risques sanitaires qui soit adaptée aux spécificités des nanomatériaux" dans son "Avis sur l'évaluation des risques liés aux nanomatériaux..."

Mis en ligne en mars 2010

L'AFSSET noyée dans l'AFSSA

Serait-ce ce comportement irresponsable qui a conduit à la fusion de l'AFSSET avec l'AFSSA, beaucoup plus disciplinée dans la prise en compte des intérêts économiques ? Toujours est-il que la loi 2009-879 "portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires" prévoit cette fusion dans les meilleurs délais (cf. article 115).

 

Nanotechnologies - le débat que l'on nous cache

Un débat est organisé par le Gouvernement depuis une décision du 23 février 2009 dont l'animation est confié à une Commission particulière de la CNDP.

La commission est très pressée et tend à écarter du débat le sujet primordial, à savoir l'évaluation de l'impact des nano-matériaux sur notre santé et sur l'environnement AVANT de passer à la phase d'industrialisation et l'intégration des aspects éthiques dés le début de toute nouvelle recherche dans ce domaine.

A titre d'exemple, le débat prévu à Orsay qui s'est finalement déroulé en lieu sûr à partir de questions écrites portait sur deux séquences:

Peu de place pour le principe de précaution. Il y a néanmoins été identifié que "la toxicologie ou l'écotoxicologie en France, de façon générale, sont un peu sous-critique" souligne précautionneusement J-P.Bourgoin (CEA) et, très grave, selon P.Houdy (Université d'Évry) que "la question qui va se poser sur les produits qui sortent sur le marché de façon assez débridée avec des nanocomposants est que, tant qu'il n'y aura pas de directive précise comme la directive REACH1 sur les produits nano, ces produits pourront sortir librement".

Seule la représentante de France Nature Environnement a parlé fort du principe de précaution, réclamé un moratoire sur la base de sa plate-forme versée au débat et été priée d'abréger.

Le caractère public du débat s'arrête maintenant puisque les 3 derniers débats prévus en février (Montpellier, Nantes et Paris) sont annulés.

1- la directive REACh est un règlement européen qui édicte les démarches d'enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques

Pour que l'amalgame des nanotechnologies avec les nano-matériaux ne cache pas l'amiante du 21e siècle

Les nanotechnologies sont entrées depuis quelques semaines dans une controverse fortement médiatisée, suite aux incidents survenus dans les débats publics organisés dans diverses villes en France. Un de ces débats devait avoir lieu à Orsay le 26 janvier; il a été annulé suite à quelques graffiti (voir notre blog).

Nanotechnologies ? Sous ce vocable très tendance quant il s'agit de désigner un tutti-frutti de technologies d'avenir que nos impôts doivent absolument subventionner (soit directement, soit en remboursant le futur Grand Emprunt), se trouvent réunies des « choses » très variées qui ont en commun d'être structurées à l'échelle de 1 à 100 nm (le nanomètre est un milliardième de mètre), un dix-millième de cheveu, une centaine d'atomes.

Certaines sont inoffensives pour notre santé

Parmi ces objets, une partie n'est pas dangereuse pour notre santé : ce sont tous les matériaux structurés ou gravés à cette échelle pour des applications électroniques, optiques, électromagnétiques et qui pullulent, intégrés dans nos gadgets électroniques ou incorporés dans des appareillages professionnels : circuits intégrés, lasers et composants optiques, détecteurs, filtres…

Les nano-matériaux sont déjà là et préoccupent les professionnels de la santé

Là il ne s'agit plus de dessin ou de gravure, mais de dimension de l'objet élémentaire : au moins une dimension inférieure à 100 nm (particule, fil de moins de 100 nm de diamètre, film de moins de 100 nm d'épaisseur). Les nano-matériaux sont déjà partout, dont certains naturellement. Depuis longtemps l'homme en produit mais les techniques progressent et les performances portées à leur maximum génèrent d'importantes quantités de nano-matériaux non désirés qui portent déjà atteinte à la santé des employés et de tous les citoyens.

L'archétype

La silice cristalline pulvérisée a été identifiée comme la cause de la silicose. Cette maladie n'est reconnue, en France, maladie professionnelle des mineurs et carriers que depuis 1945, bien qu'indemnisée au Royaume-Uni dès 1919; elle est accompagnée, pour les mineurs de charbon, de poussière de carbone.

Produit très connu et très préoccupant

Classé comme « cancérogène possible », le noir de carbone est produit dans de nombreuses réactions chimiques, des procédés d'usinage et de combustion dont celle des moteurs diesel. Produit industriellement, il est incorporé dans les pneumatiques (20-350 nm), dans les encres et toners; d'origine végétal, il peut être incorporé dans les aliments (E153).

Nouvelles nano-particules

Le principe de précaution doit être la règle

La mode des nanoparticules étant lancée, on tente d'en fabriquer à partir de tous les matériaux qui s'y prêtent puis de tester leurs propriétés. Pourquoi inquiètent-elles? Aux alentours de 50 nm la moitié des atomes d'une particule est en surface et renforce la réactivité de ces objets, souvent inoffensifs dans les tailles millimétriques, en même temps qu'ils peuvent être absorbés dans les alvéoles pulmonaires et pénétrer la peau.

Elles présentent toutes ce même risque de sur-réactivité, compensé en partie par leur tendance à s'agglomérer rapidement. De nombreuses agences de protection de l'environnement ont édictés des règlements très stricts au nom du principe de précaution : l'OMS a recommandé un seuil de 10 µg par m³, soit 20 millions de particules de 10 nm dans les 8000 litres d'air respirés quotidiennement par un humain moyen.

Un produit nouveau et inquiétant
Nano-cristaux de TiO2

Le dioxyde de titane (TiO2) est produit intentionnellement pour sa couleur blanche très réfléchissante pour être incorporé dans les peintures, papiers, médicaments, dentifrices et même certains aliments (E171). Dans les tailles 50 à 200 nm, il est utilisé dans les crèmes solaires « bio ». En poudre très fine (diamètre inférieur à 50 nm) il devient photo-catalyseur (vitre Bioclean, ciment auto-nettoyant TX-Arca). Son caractère oxydant fait craindre une forte cyto-toxicité (agressivité envers les cellules du corps) une fois le plus profond des poumons atteint. Il est classé 2B (cancérogène potentiel) pour l'homme par l'OMS.

Moins préoccupant

La nanopoudre de silice pyrogénée remplace partiellement le carbone dans les pneus « verts », et semble dénuée de l'agressivité de la silice cristalline citée plus haut.

Ils arrivent et font peur

Les nanotubes de carbone ont un diamètre de quelques (1 à 10) nanomètres et une longueur pouvant atteindre plusieurs micromètres. Ils sont  déjà produits en quantité appréciable (des milliers de tonnes par une cinquantaine d'entreprises) alors que leur impact en cas d'inhalation appelle à la plus grande prudence. En effet, les premiers tests sur la souris montrent qu'une fois au contact de la plèvre, leur effet est comparable à celui des fibres d'amiante.

Expérimentalement, des nanotubes ont été produit à partir d'autres éléments dont le nitrure de bore, sans application à grande échelle pour l'instant.

Des équipes de chercheurs ont créé et expérimentent d'autres molécules artificielles nanométriques à base de carbone, pour l'instant sans application à grande échelle tel le fullerène buckyballe « ballon de football ».

Où sont les nano-particules aujourd'hui?

Une nécessaire inquiétude appelle des précautions maniaques

Dépotage de particules SiC au CEA-SaclayL'INRS qui veille en France aux risques professionnels, partage les préoccupations des instituts équivalents à travers le monde et est très circonspect sur la possibilité de filtrer ou de protéger la peau (combinaison, gants et masques) même avec des vêtements de protection de type 5 (combinaison complète sous pression).

Les experts et chercheurs utilisent pour eux-mêmes des équipements de protection extrêmes, comme illustré par la photo ci-contre: manipulation de nanoparticules de carbure de silicium (SiC) au CEA-Saclay.

Ils seront bientôt là et ne sont pas dangereux pour notre santé mais pour notre intimité

Les nombreux circuits intégrés dans vos gadgets mobiles et vos ordinateurs fixes sont aujourd'hui gravés avec une précision de 45 nm et demain (2010) à 32 nm. Mais le morceau de silicium ainsi gravé fait de 1 mm à 1 cm.

Aujourd'hui les étiquettes électroniques (RF-Id) ne sont que des codes barres améliorés et n'ont rien de nano; ce sont plutôt de millimètres qu'il s'agit, d'autant que l'antenne reste encombrante. Il faudra encore quelques générations, pour qu'elles soient suffisamment miniaturisées pour que l'on puisse les avaler par mégarde comme certains du Polonium. Ou qu'un moustique puisse les injecter plutôt que le Plasmodium de la malaria.

Mis à jour le 21 décembre 2009

Glossaire des nanos

AFSSET (Agence Française de Sécurité Sanitaire de l'Environnement et du Travail)

L'AFSSET recommande l'application du principe de précaution à l'égard de ces matériaux aussi bien pour la manipulation que pour le transport. L'Agence préconise de déclarer les nanoparticules comme ''niveau de danger inconnu'' et d'appliquer les règles utilisées pour les matières dangereuses pour le transport. Elle demande également le recensement précis et exhaustif des nanomatériaux existants à travers la mise en place de structures d'enregistrement et de surveillance.

L'AFSSET demandent également des mesures de protection collective complétées par des protections individuelles. Les dangers potentiels sont identifiés pour une exposition par voie cutanée, par ingestion ou, plus fréquemment, par inhalation, précise-t-elle. (Actu-Environnement.com - 13/10/2008)

Cancérogène (ou cancérigène ou carcinogène)

Facteur provoquant, aggravant ou sensibilisant l'apparition d'un cancer.
Classification :

Clinatec

Il s’agit d’un projet de construction d’une clinique sur le site du CEA de Grenoble, pour traiter par neurostimulation corticale des patients atteints de la maladie de Parkinson. Ce projet s’appuie sur les compétences de l’unité Inserm U318 (neurochirurgie), celles du LETI (conception de dispositifs électroniques miniaturisés), de Biomérieux (leader en diagnostic) et de Becton Dickinson (spécialisé dans la délivrance de médicaments).

L’objectif est de développer des prototypes de microsystèmes implantables de diagnostic clinique, de stimulation, de délivrance de produits, pour suppléer un déficit sensoriel ou même pour créer des interfaces cerveau-électronique pour les handicapés ou paralysés. Ces dispositifs seront validés sur animaux puis testés en phase pré-clinique (preuve de concept) sur l’homme. C’est pour passer très vite des concepts à l’implantation sur l’homme que les auteurs du projet souhaitent réunir au sein de Minatec des équipes de physiciens, experts en microtechnologies et des médecins-cliniciens. La construction du bâtiment dédié de 5 000 m² doit coûter 20 millions d’euro et des demandes de financement public ont été faites dans le cadre du contrat de plan Etat-Région 2007-2013.

CNDP et CPDP

Suite à saisine du 23 février 2009 par huit ministres, la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), autorité administrative indépendante, a confié l’organisation du débat public sur les nanotechnologies et son animation à une Commission particulière du débat public (CPDP) lors de la séance du 4 mars 2009.

La CPDP a pour mission de diffuser une information complète, transparente et objective à destination du public, de mettre en place des moyens d’expression adaptés (réunions publiques, site Internet, cahiers d’acteurs, etc.), de réaliser et de rendre public, à la fin du débat, un compte-rendu objectif des opinions exprimées lors du débat. La CPDP garantit le respect des principes suivants :

Débat Public

Le débat public national sur les nanotechnologies  se déroule du  15 octobre 2009 jusqu'au 24 février 2010. La première session publique aura lieu à Strasbourg sur le thème ''développement des matériaux nanostructurés et gouvernance européenne des nanotechnologies''.

La CPDP organise 17 réunions programmées pour permettre d’aller dans les régions concernées par au moins une activité de recherche. En même temps, à chaque réunion, un aspect du vaste sujet des nanosciences et des nanotechnologies sera approfondi, en ouvrant au public la possibilité d’intervenir et de poser toutes les questions qu’il souhaite. Les citoyens pourront également s'informer et apporter leurs contributions sur un site Internet dédié.

Les dates, sujets et lieux du débat public sont accessibles ici.

Compte-rendu et bilan : Dans les deux mois suivant la clôture du débat public, la Commission particulière, sans prendre position, publie un compte-rendu des opinions exprimées durant le débat et le président de la Commission nationale établit un bilan en présentant les éléments essentiels.

Décision du maître d’ouvrage : Dans les trois mois suivant la publication du compte-rendu et du bilan du débat, le maître d’ouvrage annonce sa décision quant aux suites qu’il compte donner au projet à l’aune des opinions exprimées lors du débat public.

E153

Carbo medicinalis vegetalis est utilisé comme colorant alimentaire

INRS

L' Institut National de Recherche et de Sécurité est une association française loi de 1901, qui exerce ses activités au profit des salariés et des entreprises du régime général de la Sécurité sociale. Il est géré par un conseil d'administration paritaire, composé de 18 membres titulaires, représentant les employeurs (Medef, CGPME, UPA) et les organisations syndicales de salariés (CFDT, CFTC, CGC, CGT, CGT-FO).
Les missions principales de l'INRS sont de :

Minatec

La création de MINATEC a été concrétisée le 18 janvier 2002, par la signature d'une Convention-cadre entre les partenaires de ce projet : l'État, les collectivités locales, le CEA, Grenoble INP et la Caisse des Dépôts et Consignations. Avec 2400 chercheurs, 1200 étudiants et 600 industriels et spécialistes du transfert technologique, MINATEC constitue un campus d’innovation dans le domaine des micro et nanotechnologies.

Nanotechnologies

L'objectif des nanotechnologies consiste à produire des objets ou matériaux de moins de 100 nanomètres. Ces nanomatériaux sont composés de nanoparticules qui, contrairement aux particules très fines d'origine naturelle ou provenant d'une combustion, sont produites intentionnellement.

Nanotoxicologie

Étude de la toxicité des nanomatériaux ou des nanoparticules de synthèse. La connaissance dans ce domaine nouveau est encore très lacunaire, mais la recherche a déjà montré que :

OMS

L’Organisation Mondiale de la Santé est l'institution spécialisée de l'ONU pour la santé. Elle dépend directement du Conseil économique et social des Nations-Unies et son siège se situe à Genève, en Suisse. Selon sa constitution, l'OMS a pour objectif d'amener tous les peuples du monde au niveau de santé le plus élevé possible, la santé étant définie dans ce même document comme un "état de complet bien-être physique, mental et social et ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité".

Protection individuelle

Les Équipements de Protection Individuelle (EPI) sont destinés à protéger d'un ou de plusieurs risques à un poste de travail. La protection individuelle ne peut être envisagée que lorsque toutes les autres mesures d'élimination ou de réduction des risques s'avèrent insuffisantes ou impossibles à mettre en oeuvre. La mise en place de protections collectives est toujours préférable. Le choix des EPI résulte toujours du meilleur compromis possible entre le plus haut niveau de sécurité que l'on peut atteindre et la nécessité d'exécuter sa tâche dans des conditions de confort maximal. Il est donc important, pour faciliter le port et l'acceptation de l'EPI, de prendre en compte les caractéristiques de l'utilisateur et celles de son poste de travail.

Les EPI sont classés dans 3 catégories selon de degré de risque pour lequel ils protègent. Ces catégories imposent différentes contraintes au fabricant.

Protection chimique

La norme prEN13982-1:2000 spécifie les exigences minimales pour les vêtements de protection chimique de type 5, étanches aux particules et résistant à la pénétration des particules solides. Ce type de vêtement est réalisé dans un matériau étanche aux particules, doté de liaisons étanches aux particules entre les différentes parties du vêtement.

Exigences de performance : tests de résistance à l'abrasion, à la fissuration par flexion, au déchirement trapézoïdal, à la perforation et à l'allumage. UTILISATION : Contre les produits chimiques à particules solides, Étanche aux poussières.

RF-id (de l’anglais Radio Frequency IDentification)

La radio-identification est une méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs appelés "radio-étiquettes". Les radio-étiquettes sont de petits objets, qui peuvent être collées ou incorporées dans des objets ou produits et même implantées dans des organismes vivants (animaux, corps humain). Les radio-étiquettes comprennent une antenne associée à une puce électronique qui leur permet de recevoir et de répondre aux requêtes radio émises depuis l’émetteur-récepteur.

Silicose

Maladie pulmonaire provoquée par l'inhalation de particules de poussières de silice. Cette maladie entraîne une inflammation chronique et une fibrose pulmonaire progressive (ou pneumoconiose fibrosante). Elle se traduit par une réduction progressive et irréversible de la capacité respiratoire (insuffisance respiratoire), même après l'arrêt de l'exposition aux poussières.

Mis à jour le 21 décembre 2009

CAS qu'est-ce ? | Respect de la vie privée | Contactez-nous | Ce site est sous licence Creative Commons BY-SA